Pneumatique digitale : l'innovation au service de l'industrie 4.0

Industrie du futur

Depuis quelques années, la digitalisation a révolutionné nos modes de vie. Elle a redéfini nos rapports à l’art, à la culture, nos moyens de communication et de transport. Désormais la digitalisation fait son entrée dans le monde de la production industrielle. Elle permet de redéfinir les architectures des réseaux d’automatisme, de favoriser la communication des données du niveau terrain jusqu’à la supervision et ainsi d’anticiper les défaillances des machines : c’est la première étape vers la maintenance prédictive.

 

Dans la production industrielle, la technologie pneumatique est toujours très présente. Mais que peut apporter la digitalisation de la pneumatique, une technologie basique et éprouvée ?

 

Pourquoi digitaliser la pneumatique ?

 

Les utilisateurs de composants pneumatiques choisissent cette technologie pour sa puissance et pour sa simplicité mais leurs attentes évoluent avec les habitudes de consommation du grand public.  En effet, aujourd’hui les consommateurs attendent de leurs marques favorites des biens de plus en plus personnalisés. On observe déjà cette tendance dans l’industrie automobile depuis des années, et elle va se développer dans la cosmétique, l’industrie alimentaire et la mode. La production de série automatisée doit être capable de produire des produits personnalisés, donc différents à chaque lot.

 

Aujourd’hui, pour réaliser différents lots de production avec la même machine, il est nécessaire de régler à nouveau la machine entre chaque produit. Les utilisateurs ont donc besoin de machines ultra flexibles, avec des temps de réglage et de changement de formats les plus courts possible.

 

Une autre contrainte est d’assurer la fiabilité et la répétabilité de la production malgré les variations liées à l’environnements de la machine : température, humidité, chutes de pression sur le réseau d’air, charges variables… Toutes ces variations ne doivent pas impacter la fiabilité du processus de production.

 

Reste une dernière contrainte qui sera un des principaux enjeux du XXIème siècle : la consommation énergétique. Les utilisateurs de machine ont besoin de solutions moins énergivores, et qui soit même capables de détecter des fuites, même minimes, avant même qu’elles engendrent des pertes importantes.

 

La pneumatique digitale permet enfin de répondre à ces besoins.

 

Les avantages de la pneumatique digitale

 

La pneumatique digitale, c’est la possibilité de changer les réglages de la machine à la volée. Plus besoin de régler manuellement les différents organes : limiteurs de débit, régulateurs de pression, butées mécaniques, etc. Les réglages sont commandés directement par l’automate et peuvent être changés à tout moment.

 

La pneumatique digitale permet aussi de garantir la répétabilité du cycle de production. On empêche les dérives liées à l’usure des actionneurs et aux variations dues à l’environnement de la machine. On maintient ainsi la stabilité des cadences de production à long terme.

 

La pneumatique digitale permet enfin d’optimiser la consommation énergétique des machines : les vérins réalisent les mouvements avec la pression minimale nécessaire. Les économies d’air comprimé peuvent être de 50 à 70% pour une application classique. En parallèle, il est possible de réaliser un diagnostic des raccordements entre le terminal et les vérins. En quelques secondes, on est désormais capable de détecter et de quantifier une micro fuite d’air. Là aussi, on facilite la maintenance prédictive des installations.

 

S’il ne fallait retenir qu’une chose, ce serait que la pneumatique digitale est une manière intelligente d’utiliser une technologie éprouvée depuis des années. Les mouvements sont toujours assurés par des vérins pneumatiques. Mais leurs possibilités sont décuplées : facilité de réglage, contrôle de la vitesse, contrôle des efforts, optimisation de la consommation énergétique, maintenance prédictive tout en assurant la récolte et la communication des données d’exploitation de la machine.