Professions en plein changement : ouvrier qualifié

Changement : l'industrie 4.0 entraînera des changements dans l'environnement de travail industriel et donc dans les professions associées. Beaucoup de choses qui semblaient encore impensables il y a 10 ou 15 ans sont déjà une réalité ou sont des objectifs de l'industrie 4.0. Mais quel impact cela aura-t-il sur les employés ? Cette fois dans cette série : travailleur/ouvrier qualifié.

L'ouvrier connaît « sa » machine : chaque grognement, chaque grincement, chaque crissement et clignotement. Si quelque chose change, des ajustements sont effectués immédiatement ou la maintenance est informée. Les processus de travail sont souvent les mêmes pendant des années. Même les plus petits écarts par rapport aux événements habituels sur la machine peuvent être une indication que quelque chose ne va pas, par exemple qu'un composant de la machine est devenu lâche, est cassé ou qu'il y a un manque de qualité à une étape de traitement en amont et donc que toutes les tolérances ne sont pas correctes. L'opérateur connaît toutes les manipulations effectuées sur sa machine. Cela peut également conduire à de la monotonie. La sécurité est une thématique centrale, car la grande complexité des machines les rend de plus en plus déroutantes et masque souvent les sources de danger. S'il y a des changements dans la production, comme un passage à un nouveau produit, la reconversion du travailleur est généralement nécessaire. Nouvelle tâche : nouveau savoir-faire.

Le changement fait partie de la vie quotidienne. Les usines changeantes du futur nécessitent un développement continu des compétences et des aptitudes des collaborateurs. La nouvelle vertu de la formation professionnelle dans l'industrie est donc l'« évolutivité », c'est-à-dire la volonté et la capacité de changer. Ceci est crucial pour le succès personnel de chaque travailleur individuel, mais aussi pour le succès de toute l'entreprise. La formation professionnelle et continue de l'ouvrier qualifié de l'avenir devra donc se concentrer davantage sur les méthodes et les compétences, les comportements et les attitudes : des compétences qui aident les employés à trouver leurs marques dans des situations complexes et en évolution rapide de manière auto-organisée. En l'absence de flux de processus rigides, une compréhension au moins rudimentaire des interdépendances et des processus sur une machine est avantageuse pour l'opérateur. En effet, dans la fabrication fortement interconnectée, les petites causes ont souvent de grands effets. L'homme et la machine se rapprochent de plus en plus dans leur coopération dans un espace très réduit. Les clôtures de protection classiques seront largement absentes dans l'industrie 4.0 car elles ralentissent la flexibilité. De nouveaux systèmes et interfaces de sécurité intelligents verront le jour. Mot-clé : contrôle des installations par la pensée. Les recherches à ce sujet sont déjà bien avancées, des installations témoins existent déjà.

  1. Cet article est paru dans le magazine client trends in qualification de Festo Didactic 1.2017
  2. Images : Fotolia/iStock
Vue d'ensemble