Sous tension

Article du 25 août 2017 

Sous tension

Une cheville foulée ou une nuque raide peut toucher tout le monde – dans ce cas, des bandages de soutien représentent un soulagement énorme pour le patient. Les bandages élastiques de toutes les couleurs sont devenus des standards dans les soins médicaux, mais des bandages high-tech sont également disponibles, par exemple avec des capteurs intégrés pour mesurer la température. Ils sont réalisés par des ateliers de tissage spécialisés, tels la société suisse Wernli AG, qui mise sur une technique d'automatisation innovante reposant sur la force musculaire.

336 tonnes de fil : c'est la quantité impressionnante que la Wernli AG a transformée en 2014 en 51 000 kilomètres de bandages de tous types. Pour obtenir une qualité élevée constante, l'entreprise applique une technique ultramoderne sur ses métiers à tisser. Lors de la fabrication des tissus élastiques, il est particulièrement important que le fil soit maintenu sous une tension constante pendant l'usinage, seul moyen pour garantir ainsi un tissage uniforme des bandages élastiques.

Des muscles à la place des poids

Normalement, pour assurer cette tension, on utilise des poids en plomb sur les machines de tissage. Sur ce qu'on appelle les ensouples, d'où est débobiné le fil pour les fils longitudinaux du tissu, ils compensent la diminution du poids résultant de la consommation de fil. Sans eux, les ensouples se déplaceraient toujours plus vite au fur et à mesure du débobinement de fil et produiraient ainsi un tissu irrégulier. Jusqu'à ce jour, ces poids de 2,5 à 15 kilogrammes devaient être accrochés manuellement aux ensouples. Désormais, l'entreprise utilise le muscle pneumatique DMSP de Festo qui garde la tension constante et dont la force de maintien peut être régulée avec une très grande précision.

Le muscle pneumatique DMSP de Festo tient le fil sous une tension constante pendant l'usinage.
Le muscle pneumatique DMSP de Festo tient le fil sous une tension constante pendant l'usinage.

Des mouvements fluides élastiques

Le muscle pneumatique est constitué essentiellement d'un tuyau en élastomère à fils en aramide. Lorsqu'il est rempli d'air, le tuyau élastique agrandit son diamètre et se rétracte en même temps dans la longueur. Ainsi, le mouvement fluide élastique qui en résulte permet de réaliser des gestes rappelant fortement les mouvements humains. Sans joints ni paliers, le muscle pneumatique bouge sans à-coups et permet une transmission sensible et constante des forces.

À taille comparable, le muscle pneumatique atteint dix fois la force d'un vérin pneumatique classique. Il est très robuste et peut même être utilisé dans des conditions extrêmes, tels dans le sable ou la poussière. Sa construction en tuyau hermétique le rend insensible aux particules ou aux salissures – une propriété qui le qualifie justement à l'environnement poussiéreux d'une usine textile.

La « force musculaire » précise a permis non seulement d'améliorer la qualité des bandages tissés, mais aussi de réduire le risque d'accident pendant l'usinage chez Wernli : les collaborateurs ne risquent plus d'être blessés par l'accrochage et le décrochage des poids ou de se cogner contre eux en passant devant.

Le muscle pneumatique reproduit son modèle biologique.
Le muscle pneumatique reproduit son modèle biologique.