BionicWheelBot

BionicWheelBot

Marcher et rouler comme l'araignée gymnaste 

Les nouveaux concepts d'entraînement et les mouvements stupéfiants jouent depuis toujours un rôle important dans notre Bionic Learning Network. Avec le BionicWheelBot, nous avons créé un robot à jambes aux propriétés très spéciales, inspiré de l'araignée gymnaste.

Le modèle biologique du BionicWheelBot est l'araignée gymnaste (Cebrennus rechenbergi). Elle vit dans le désert Erg Chebbi au bord du Sahara. Elle y a été découverte par le prof Ingo Rechenberg, professeur de bionique à la TU de Berlin, en 2008. L'araignée gymnaste peut se déplacer comme les autres araignées. Mais elle peut également se déplacer dans un déroulement combiné de roulade avant élevée et de roulade avant au sol.

L'araignée gymnaste : parfaitement adaptée à son espace vital

Cela lui permet de s'adapter de façon optimale à son environnement : sur un support double, en mode «roulement», elle avance deux fois plus vite qu'en se déplaçant normalement. Là où le sol est accidenté, il vaut mieux faire un pas après l'autre. Elle peut ainsi se déplacer de façon sûre et efficace dans le désert, où l'on trouve les deux types de terrains.

Depuis qu'il l'a découverte, le prof Rechenberg se consacre à la transposition technique de ses mouvements. Les études portant sur le comportement de l'araignée ont résulté en la construction de différents robots qui peuvent se déplacer sur un terrain difficile. Pour le BionicWheelBot, le scientifique berlinois a maintenant perfectionné la cinématique et le concept d'entraînement avec notre équipe de bionique.

  • BionicWheelBot

    Cinématique pensée intelligemment selon un modèle naturel

  • BionicWheelBot

    Cebrennus rechenbergi : elle doit son nom à son découvreur Ingo Rechenberg

  • BionicWheelBot

    Marche en alternance trois pattes gauche, trois pattes droite pour un déplacement sûr même sur terrains accidentés

  • BionicWheelBot

    Amplification des forces par un système mécanique astucieux

  • BionicWheelBot

    Roulement puissant : entraîné par les jambes de poussée, le BionicWheelBot se déplace sur les jambes pliées pour former une roue

  • BionicWheelBot

    Le BionicWheelBot en mode «roulement» avec jambes de poussée rétractées

  • BionicWheelBot

    Le BionicWheelBot en mode «roulement» avec jambes de poussée sorties

Le BionicWheelBot : transformation du mode «marche» en mode «roulement»

Pour se mettre à rouler, le BionicWheelBot regroupe à chaque fois trois jambes à gauche et à droite de son corps pour former une roue. Deux jambes rabattues lors de la course sortent alors, soulèvent l'araignée en boule du sol et la poussent en permanence lorsqu'elle est en «roulement». Elles permettent ainsi d'éviter que le BionicWheelBot ne reste embourbé et assurent son déplacement même sur un terrain accidenté. En mode «roulement», l'araignée artificielle, comme son modèle naturel, se déplace sensiblement plus vite que lorsqu'elle «marche». Cela permet au robot de surmonter des pentes jusqu'à cinq pour cent.

BionicWheelBot dans le désert

Le BionicWheelBot était dans le désert avec Prof. Ingo Rechenberg. Le découvreur de l'araignée gymnaste qui a servi comme modèle biologique, a testé le BionicWheelBot dans son « environnement naturel ».