Des robots en balade

Article du 29 mai 2019 

 Des robots en balade

Saisir et déposer une pièce à usiner, souder des pièces ou vernir un composant : jusqu'à ce jour, les robots ne prenaient généralement en charge qu'une séquence de travail programmée. Dans la production de demain, ils seront mobiles et assisteront les collaborateurs de façon flexible sur des postes de travail fixe variés. L’interaction sûre dans un même espace de travail entre l’humain et la machine est étudiée dans le cadre du projet « Arbeit in der Industrie der Zukunft » (ARIZ) (Le travail dans l’industrie du futur). 

Les cages de protection, c’était hier. Aujourd’hui, le robot de montage et l’opérateur travaillent côte à côte dans la production. Le robot remet des corps de distributeur au collaborateur qui continue à les usiner. Une fois toutes les pièces terminées, la machine est installée sur un autre poste de travail fixe où elle assiste au contrôle qualité de circuits imprimés. Si l’humain s’approche de trop près, le robot s’arrête immédiatement afin d’éviter une collision indésirable : cela constituera la routine de demain en matière de production. Dans le cadre du projet ARIZ, la vision d’avenir est testée dans la pratique.

Des robots qui ont la bougeotte

Un objectif principal du projet est de transformer le robot en un travailleur mobile, flexible et polyvalent qui peut intervenir sur des postes de travail fixe les plus divers. Là, son rôle est de soulager les opérateurs en l'assistant et en prenant en charge les tâches monotones et laborieuses d'un point de vue ergonomique. Le robot d'assistance est interconnecté avec le système IT prioritaire, afin de pouvoir consulter lui-même des informations et simplifier ainsi la configuration aux opérateurs. Ainsi par exemple, pour des tâches de préhension, il suffit aux collaborateurs d'entrer les dimensions de l'objet à saisir et déjà, le robot est prêt à œuvrer.

Coopération humain / machine : le robot d'assistance soutient l’employé de la production dans la mesure où il se charge d’effectuer des tâches manuelles monotones ou défavorables d’un point de vue ergonomique.
Coopération humain / machine : le robot d'assistance soutient l’employé de la production dans la mesure où il se charge d’effectuer des tâches manuelles monotones ou défavorables d’un point de vue ergonomique.

Côte à côte avec l’opérateur, en toute sécurité

Lors de la collaboration humain-machine dans un même espace de travail et sans cage de protection, la sécurité prime avant toute chose. Le robot se met complètement à l’arrêt dès qu’un collaborateur s’en approche de trop près. Ceci est rendu possible par une peau sensorielle hautement sensible sur le bras du robot. Cela lui permet de réagir automatiquement lorsque quelqu’un pénètre dans son champ rapproché et de se mettre à l’arrêt. Ce n'est que lorsque le collègue humain est à une distance suffisante que le robot d'assistance reprend son travail.

Coopération humain / machine chez Festo

Depuis l’inauguration de l’usine technologique Scharnhausen en 2015, Festo multiplie ses expériences en matière d’interaction entre les employés de la production et les robots. Un robot d'assemblage a le droit d'œuvrer à côté de l'homme sans clôture de sécurité. Il soulage son collègue humain dans le montage des distributeurs et prend en charge les tâches fatigantes et laborieuses de la préhension et de l'assemblage. De plus, un robot APAS de Bosch sert d’assistant lors du contrôle qualité de circuits imprimés. Une équipe de projet fait actuellement évoluer le concept du « travailleur mobile » et transfère l’assistant dans la production et l’assemblage électronique, où, à l’avenir, il servira d'assistant flexible aux opérateurs sur différents postes de montage.

Un robot APAS de Bosch soutient les collaborateurs dans l’usine technologique Scharnhausen lors du contrôle qualité de circuits imprimés.
Un robot APAS de Bosch soutient les collaborateurs dans l’usine technologique Scharnhausen lors du contrôle qualité de circuits imprimés.